#16. Emploi, économie locale et commerces

La commune de Woluwe-Saint-Pierre a une vocation résidentielle. Cette vocation doit être maintenue. Néanmoins, un ensemble d’activités économiques peuvent y être exercées, essentiellement des professions libérales, du commerce de proximité et un peu d’activités tertiaires.

L’arrivée du métro à Montgomery et à Stockel fait de ces quartiers des pôles attractifs pour l’activité économique.

DéFI pour Woluwe1150 propose de :

1. Réaliser des opérations en vue de stimuler la venue des consommateurs dans les pôles commerciaux de Stockel (place Dumon et environs), du parvis Sainte-Alix, de la place des Maïeurs et du parvis du Chant d’Oiseau, et répartir de façon équilibrée les animations entre les quartiers commerçants.

2. Soutenir les commerces de proximité dans les quartiers, et plus particulièrement rue au Bois et avenue Gribaumont.

3. Aménager les espaces publics pour faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite.

4. Etudier et réaménager la place des Maïeurs en vue d’y dynamiser l’animation, le  caractère commercial, tout en créant une atmosphère villageoise et conviviale. Le travail devra se réaliser en collaboration avec le citoyen et répondre à la pression liée aux difficultés de stationnement.

5. Centrer les bureaux dans des zones telles que le boulevard de la Woluwe, pour partie l’avenue de Tervuren et le quartier Montgomery.

Pour l’emploi, la commune dispose, au sein de la maison communale, d’une Maison de l’Emploi regroupant Actiris, le Service de l’emploi communal, l’Atelier de recherche active d’emploi et l’ALE.

DéFI pour Woluwe1150 propose de :

1. Garantir la présence de Bruxelles-Formation au sein de cette Maison de l’Emploi pour en faire une Maison de la Formation et de l’Emploi.

2. Harmoniser les actions au sein de la Maison de l’Emploi pour assurer le meilleur encadrement des demandeurs d’emploi dans leur activité de recherche d’emploi.

3. Assurer un service aux employeurs en procédant à une présélection des demandeurs d’emploi par rapport aux compétences nécessaires pour exercer le travail demandé par l’employeur.

4. Assurer une collaboration étroite entre la Maison de l’Emploi et le CPAS pour resocialiser ceux qui sont en décrochage social et dès lors incapables de retrouver un emploi.

5. Recourir de manière régulière à l’application de l’article 60 de la loi organique des CPAS qui permet à un employeur du secteur public ou privé d’occuper le bénéficiaire d’un revenu d’intégration le temps nécessaire pour lui ouvrir son droit aux allocations de chômage.

6. Utiliser des ALEistes et recourir aux titres-services.

17. Respect de l’environnement