#5. Santé

Même si la commune est un pouvoir public qui dispose de peu de compétences en matière de santé, DéFI pour Woluwe1150 propose de :

  1. Participer aux campagnes de sensibilisation en matière de santé menées par les pouvoirs supérieurs.
  2. Mener des actions de sensibilisation et de prévention propres sur des questions particulières, telles que les problèmes d’alcool ou de drogue, d’alimentation saine, de burn out,…
  3. Veiller à la santé des citoyens, par exemple en favorisant l’activité physique ou en initiant des réceptions sans alcool, sans produits gras et en limitant le sucre,…

ATTITUDE DE LA COMMUNE PAR RAPPORT AU SURVOL
Le survol aérien de la région bruxelloise et de sa proche périphérie cause des nuisances aux habitants des communes concernées.

A Woluwe-Saint-Pierre, nous sommes particulièrement touchés, et plus particulièrement dans les quartiers de Joli-Bois, de Stockel, du centre et du Chant d’Oiseau. Notre santé et notre droit à un environnement sain et de qualité doivent, plus que jamais, être au centre des priorités du gouvernement fédéral…  L’ « arrêté Bruit » du ministre Gosuin DéFI, dont l’application a été confirmée par les plus hautes instances judiciaires belges et européennes, représente à ce jour la seule arme juridique dont nous disposons pour fixer les limites acceptables en termes de bruit.

Pourtant, le survol intensif de la Région bruxelloise et de sa périphérie se poursuit. Pour DéFI pour Woluwe1150, il est plus que temps que le gouvernement fédéral MR/N-VA prenne enfin ses responsabilités. Il doit respecter l’ « arrêté Gosuin ». Les vols de nuit doivent cesser. 

DéFI pour Woluwe1150 propose de :

1. Inscrire l’attitude de la commune dans une approche régionale et ainsi éviter des attitudes différentes entre les communes bruxelloises en vue de :

  • considérer Bruxelles-National  comme un aéroport urbain dont les activités sont diurnes et interdire les vols de 22h à 7h ;
  • interdire le survol des zones densément peuplées et considérer toute la Région bruxelloise comme densément peuplée ;
  • adapter les routes aériennes pour réduire les nuisances et minimiser le nombre de personnes impactées ;
  • favoriser la coopération entre les différentes régions du pays pour une meilleure répartition des activités entre aéroports ;
  • reculer la piste 25L pour éviter le survol de Bruxelles ;
  • faire respecter et appliquer toutes les décisions de justice luttant contre le survol et le bruit ;
  • instaurer une autorité publique, indépendante et neutre, de contrôle des nuisances sonores aériennes. 

2. Participer aux différents recours judiciaires. D’une part, en tant qu’ « associée » des autres communes dans une démarche collective, et, d’autre part, en tant que plaignante dans une démarche spécifique (entité propre) en soutenant, entre autres, les citoyens pour entamer d’éventuelles procédures.

3. Agir avec les différentes associations qui s’opposent au survol de la région bruxelloise.

4. Se doter de sonomètres en vue de faire ses propres mesures pour contribuer à la mise en application de l’arrêt Gosuin. La mesure du bruit des avions est réglementée. En cas de violation de ces normes, le paiement d’amendes est obligatoire.

6. Le défi du logement